Ô2LYS

Les mystères de l'Eau

Le langage de l’Eau

Thèse  ou Hypothèse

Durant l’été 1985, année de mes 15 ans, j’effectuais un prélèvement d’eau de mer et de sable provenant d’une plage de Normandie, ainsi débuta  ma première « expérience scientifique » sur l’ étude  de l’eau. J’expérimentais sans le savoir la Cristallogenèse.

Lithophiliste et quadrifoliiste à mes heures, les minéraux et le monde végétal me passionnaient. Pendant cette époque, la nature restait à mes yeux   une grande source d’inspiration artistique au travers de la peinture ( aquarelle et gouache ) où  l’ eau était toujours une source d’enthousiasme apaisante pour mon mon être.

Je regardais avec admiration les taches colorées d’aquarelle se diffuser sur le papier humide et se fondre harmonieusement entre elles.  Je pratiquais  l’aquarelle  (principalement  des marines et des sous-bois).

En 2005, la photographie  numérique devenait une véritable passion  et me permettait une expression plus intimiste  et féminine. La lumière naturelle  est primordiale à mes yeux.

ode aux voiles
« Ode aux Voiles »  2008

Et puis ,  un souvenir resurgit…

C’est en retrouvant une peinture, que je décidais de réexaminer le flacon de verre. 28 années se sont écoulées . Les mystères de l’univers semblaient soudain  s’ouvrir sous mes yeux lorsque j’observais les minuscules particules en suspension semblable à un  effet  d’apesanteur.

Cristallogénèse naturelle 4

A la fois admirative et curieuse, face  à cet infime cosmos océanique que je venais de découvrir, j’ effectuais des recherches sur le web… en orientant celles-ci vers l’anaérobie, l’eau dans le métamorphisme,  le sodium, la cristallographie, la morphométrie, l’isomorphisme…

cristallogénèse

Une immersion dans un univers silencieux, totalement inconnu et combien passionnant où les Arts et les Sciences se rejoignent étonnamment  sur un chemin spirituel.

L’eau reste  incontestablement une « Matière Vivante »  qui protège secrètement le plus grand mystère de l’Univers et de la Vie, c’est ce qui me fascine. L’eau  présente sur notre planète  depuis des millions d’années   provient des comètes du Nuage d’Oort et des astéroïdes voyageant cycliquement dans les galaxies.

nuage  d' oort

En observant la lune et ses nombreuses mers ( ci dessous  : Mare Nubium à gauche & Mare Imbrium à droite), une déduction évidente prouverait donc la présence de l’eau. Bien  qu’elle soit en  faible quantité sur la surface lunaire,  cela  confirme   que les gaz  de poussières cosmiques et les vents solaires  composés  d’une multitude d’éléments chimiques  tel que l’hydrogène, l’oxygène, l’hélium, le silicium, le fer,  le calcium, l’or… (autant d’éléments que l’on retrouve dans la nature ainsi que dans notre organisme) favoriseraient la régénération de l’eau dans l’univers.

vue de la lune sd

De l’infiniment petit  à l’infiniment grand, l’eau est présente depuis l’origine même de la vie .  Dans l’ ADN et chacune de nos cellules, sans elle, aucun organisme, qu’il soit végétal ou animal  ne peut vivre. Elle est indispensable à la survie de toute l’humanité.

En 2014, je découvrais les travaux des chercheurs Jacques Benveniste sur  « La mémoire de l’eau »  et les cristaux de  Masaru Emoto. En  faisant  le lien avec une série photo commencée en 2008 sur le thème de l’eau, cela confirma mes propres observations de l’époque.

Un protocole de recherches s’avérant nécessaire,  ici,  commence une fabuleuse aventure,  celle de l’Étude de l’eau : son langage.

%d blogueurs aiment cette page :